Magnolias for ever : a French collective memory song

Magnolias for ever est une chanson de Claude François. Elle date des années 70, années un peu folles, pendant lesquelles le ridicule ne tuait pas… je veux dire que tout était permis : les essais vestimentaires pas toujours seyants, des paroles pas toujours sensées, des chorégraphies un peu lourdes, le sexisme, la misogynie… enfin, tout ça, quoi… Donc, Claude François était à ce moment-là au top du top : il était partout, en concert à Paris, en Province, à la télé, à la une des magazines – il avait même un magazine à lui, destiné aux adolescentes littéralement folles de lui, Podium. Sa chanson Magnolias for ever fait un carton : la musique disco et la chorégraphie qui l’accompagnent en sont sûrement la raison principalement. À 5 ans (et comme toutes les petites filles de cet âge), dès que j’entendais les premières mesures de cette chanson, je me mettais à danser (comme les Clodettes bien évidemment, mais habillée toutefois…) et fredonner les paroles que je ne comprenais pas vraiment, en réalité… Cela faisait parti du folklore des années 70 et de mon enfance, c’était avant tout joyeux et qu’importait donc le sens.

Et puis cet été 2019, je découvre par hasard une version de Magnolias for ever par Ben Mazué… et là, je me sens bête… Magnolias for ever est plutôt une jolie chanson ! Sortie de son contexte musical et chorégraphique, chantée dans un écrin de verdure, à la guitare, Magnolias for ever prend une toute autre tournure.

"Magnolias for ever : Claude François et ses Clodettes"
"Magnolias for ever : Ben Mazué chantant Magnolias for ever"

Et dans le même temps, c’est toujours Magnolias for ever ! Elle reste cette chanson qui fait partie de la mémoire collective des français. Vous savez, cette mémoire que les habitants, les citoyens d’une même nation ont en commun, cette mémoire qui est emplie de souvenirs disparates qui associés les uns aux autres créés une sorte d’ensemble unique, une sorte d’unicité, peut-être… Et c’est parce qu’elle fait partie de cet ensemble unique que je voulais vous la faire écouter.

Je préfère la version de Ben Mazué à celle de Claude François même si je dois rester honnête et dire que l’originale me procure toujours autant de joie.

Écoutez et profitez-en pour perfectionner votre niveau de français, la conjugaison du présent plus précisément.

Retrouvez la discographie de Ben Mazué ici, et la discographie de Claude François, .

Retrouvez d’autres posts concernant des chansons appartenant à la mémoire collective française, sur ce site :