Jacques Chirac : an engaging personnality

Jacques Chirac est décédé le 26 septembre dernier. Il a eu le droit à un hommage national ainsi qu’à des obsèques nationales. Pourquoi ? Parce qu’il a été 12 ans Président de la République française de 1995 à 2002. De plus, il a aussi été 18 ans Maire de Paris et il a cumulé les fonctions politiques – député, député européen, président de conseil régional, ministre, premier ministre, membre du Conseil constitutionnel… – de 1967 à 2007. Jacques Chirac a donc fait parti du paysage politique français pendant toute la seconde partie du XXème siècle et une décennie du XXIème… Dans une même famille donc, seule la génération des années 2010 (concernant donc les enfants de 0 à 9 ans) n’a pas grandi avec l’image de Jacques Chirac dans les médias ou affichée sur les murs des villes. Dans une même famille donc, grands-parents, parents et enfants de plus de 10 ans ont connu Jacques Chirac, l’ont vu évolué, et ont, pour la plupart, évolué avec sa présence tout azimut ! Et oui, l’homme était omniprésent et d’une imposante stature et présence. Il n’est donc pas étonnant que l’annonce de son décès ait suscité beaucoup d’émotions.

Jacques Chirac était un homme plein de contradictions. Ambitieux, il était un homme de pouvoir et a oeuvré toute sa vie à conserver ce pouvoir. Humain, il était réputé pour toujours tenter de soutenir, d’aider les personnes de son entourage, de ses circonscriptions… et au-delà. Et comme tout humain digne de son nom, il était capable de s’enthousiasmer ou de s’emporter. Sa colère à Jérusalem en 1996 nous le rappelle.

Il était aussi très apprécié du monde rural qui voyait en lui un homme ayant une vraie vision de ce monde, et un goût certain pour la ferme et les produits du terroir. Il était d’ailleurs devenu la vedette du Salon de l’agriculteur, événement annuel auquel tout homme politique français se doit d’être présent.

Drôle, il était connu pur ses petites phrases, ses gestes pas toujours respectueux et gaffes en tout genre : il est arrivé en retard par exemple lors d’un dîner donné par la Reine d’Angleterre à Buckingham Palace.

Versatile, il était capable de dire tout et son contraire à quelques jours d’intervalles. Politiquement, il était à droite mais pouvait dans un même discours montrer qu’il était à la fois à droite et à gauche…

C’est sans doute tout ceci (sa personnalité, sa chaleur humaine, sa gouaille) qui l’a aidé à ne pas être considéré par les français comme appartenant aux élites (c’est-à-dire au groupe de personnes appartenant à une hiérarchie supérieure à la fois intouchable et hors réalité), et ce, même s’il fut un ancien élève de l’ENA (Grande école où les élites politiques sont formées) et un professionnel de la politique.

Enfin, sachez que de ses 12 années d’exercice en tant que Président, on retiendra son désaccord concernant la guerre d’Irak imposée par les USA, son discours reconnaissant la responsabilité de la France dans la déportation de milliers de juifs pendant la guerre de 41, son discours au Sommet de la Terre de l’ONU à Johannesburg en 2002, et… ses essais nucléaires en Guyane (pas très écologiques et peu cohérente avec le discours de Johannesburg… mais bon, comme je vous l’ai dit l’homme est plein de contradictions…), les lois promulguées autour et en faveur des personnes handicapées, et la création du Musée du Quai Branly dédié aux arts premiers, sa grande passion.

Petit exercice de français : écoutez son discours sur la rafle du Vel d’hiv, puis lisez le discours transcrit ci-dessus et enfin ré-écoutez Chirac le prononcer.

Si vous voulez lire sur cet homme d’état français, c’est ici !

Retrouvez d’autres posts concernant la société française sur ce site :