The French film-maker Agnès Varda and Cléo from 5 to 7.

Cléo de 5 à 7 est un film de Agnès Varda, French film-maker (que vous pouvez voir en version sous-titrée en anglais au Club de l’Étoile grâce à Lost in Frenchlation le 9 mars prochain ; c’est un film de la Nouvelle Vague, comme l’est Les 400 coups de François Truffaut, Les parapluies de Cherbourg et Peau d’âne de Jacques Demy, A bout de souffle de Jean-Luc Godard, Hiroshima mon amour de Alain Resnais, les Six contes moraux de Eric Rohmer, Le Beau Serge de Claude Chabrol, ou encore Paris nous appartient de Jacques Rivette

Qu’avaient en commun tous ces réalisateurs – French film-maker – de la Nouvelle Vague ? L’envie de faire des films sur leur époque en traitant des sujets de société (changement du modèle familial, questionnements politiques…), d’utiliser des techniques cinématographiques révolutionnaires, de créer un mouvement de jeunes cinéastes, d’échanger entre eux et d’avancer ensemble sur leur réflexion autour de la place du cinéma dans la société contemporaine…

"French film-maker Agnès Varda & Cléo from 5 to 7 / Bob et Cléo"
"French film-maker Agnès Varda & Cléo from 5 to 7 / Agnès Varda - 60s"

Au début du mouvement, Agnès Varda –French film-maker – était la seule femme du groupe ! Après des études à l’Ecole du Louvre et les Beaux Arts, elle a commencé sa carrière comme photographe. Elle a réalisé son premier film en 1955, La Pointe courte ; ce film a été réalisé avec des tous petits moyens et était considéré comme un film d’amateur ; c’est Alain Resnais qui l’a monté et qui dira combien ce film l’a influencé. En 1958, elle rencontre son futur mari, le réalisateur Jacques Demy.

C’est en 1961 qu’Agnès Varda commence Cléo de 5 à 7 ; c’est l’histoire d’une jeune vedette de la chanson française qui attend les résultats de ses examens de santé… Est-elle ou non atteinte du cancer ? C’est ce qu’elle se demande de 5 à 7 heures (17h à 19h) : la peur, l’angoisse de l’attente donneront à toutes ses rencontres, tout ce et/ou tous ceux qu’elle croisera durant ces 2 heures, un petit côté suranné, dépassé… c’est comme si rien n’était vraiment sérieux, ni même réellement vivant, existant… Normal, non ? Qu’est-ce qui importe face à la mort ? Nous suivons le parcours de 2 heures de Cléo et comprenons bien que face au doute, tout (ou presque) change de saveur, rien n’a plus vraiment le même sens… 

Agnès Varda profite, de plus, de cette attente pour nous emporter (et c’est un bonheur 😉) avec son héroïne dans les rues de Paris, le Paris de la Rive Gauche des années 50. A vous de reconnaître la Place d’Italie, les rues du 13ème arrondissement, le parc Montsouris, la place Denfert-Rochereau, la Gare Montparnasse, le quartier Montparnasse et ses célèbres brasseries…

Ecoutez cette bande-annonce et la très belle chanson de Michel Legrand, Sans toi, et profitez-en pour perfectionner votre niveau de langue française.

Je vous propose de plus d’écouter cette chanson dans son intégralité ainsi qu’une interview d’Agnès Varda – French film-maker – pour faire connaissance avec cette femme française remarquable qui a influencé de nombreux cinéastes en France et ailleurs…

Pour en savoir plus sur son travail, retrouvez la filmographie de Agnès Varda –French film-maker – sur la Fnac.com.

Retrouvez, de plus, le cinéma de la Nouvelle vague sur ce site :