2019 wishes and self-sacrifice

Ça y est 2019 a montré le bout de son nez : nous nous embrassons, nous nous souhaitons le meilleur… Nous espérons pour nos proches qu’ils réussissent, qu’ils conservent une belle santé et qu’ils accomplissent ce qui les rendra heureux… Pour le monde, nous espérons que la paix gagnera du terrain, que les conflits cesseront, que les forces en mouvement sauront être raisonnables, que 2019 sera paisible…

Pour la société française, j’espère que la morosité et l’inquiétude sur l’avenir des classes moyennes se transformeront en une belle énergie positive, une énergie qui nous permettra de faire bouger les cadres, les formats, de redonner à nos institutions leurs fonctions premières : aider tout un chacun à trouver sa place au sein de notre société. J’espère que les dirigeants de mon pays – et je ne parle pas uniquement des dirigeants politiques, j’englobe dans ce terme, les dirigeants des grandes entreprises qui ont un pouvoir économique énorme – sauront être suffisamment intelligents pour comprendre que c’est le moment de mettre un frein aux inégalités qui n’ont cessé de se creuser depuis les 5 dernières décennies, et que distribuer les bénéfices de certains secteurs économiques – le monde de la banque et la finance, ceux de la High Tech et des réseaux de télécommunication, des industries agroalimentaire et pharmaceutique… – dans la création d’emplois utiles au maintien de l’unité de notre communauté, dans l’éducation, le secteur de la santé ou celui de l’environnement… ne peut plus attendre. Dans la prise de décision, le timing est important, à eux de le reconnaître en 2019.

"2019 - Feux d'artifices Paris 2019"

Il y a quelques jours, je suis tombée sur une interview, datant de 2014, de Fabrice Luchini – ce dernier est un acteur français à la fois populaire et intellectuel qui a aussi la particularité d’être un bel orateur. Dans cette interview, il donnait son avis sur ce qu’est être de gauche… A l’heure des gilets jaunes – yellow vests – son avis prend une certaine saveur. Je crois qu’en fait, les gilets jaunes réclament à nos dirigeants ce que Fabrice Luchini demandent aux hommes et aux femmes de gauche : un peu d’abnégation… Ils leur demandent de mettre de côté leurs intérêts propres, particuliers, leur égo… pour entendre et comprendre leurs difficultés d’exister dans ce monde où ils ont le sentiment de ne récupérer que des miettes. Et quand on n’a que des miettes, on n’a plus grand chose à perdre ! 2019 devra donc être l’ère de la redistribution des richesses, sinon… Sinon ? Rendez-vous en 2020.

Je vous laisse écouter cette interview et profiter du talent d’acteur de Luchini pour perfectionner votre niveau de langue française 😉 !